La chronologie de la préhistoire dans les manuels scolaires

Le temps de la préhistoire dans les manuels scolaires

Les différentes formes graphiques

Dans les manuels scolaires, la chronologie de la préhistoire est appréhendée concrètement sous plusieurs formes graphiques :

  • Des frises chronologiques : une bande orientée vers la droite avec des dates (frise simple) ou comprenant des images (frise illustrée). La plupart du temps il s’agit de mini-frises, disposées au début d’un chapitre pour situer dans le temps le propos. Chaque mini-frise positionne les événements qui sont décrits dans la page. Une frise synthétique est généralement proposée en début de chapitre.
  • Des « lignées » (voir thème précédent) : suite linéaire d’humains, de crânes ou d’objets situés dans le temps. Elles peuvent se présenter en file indienne, en tableau ou de manière compartimentée.
  • Des arbres de l’évolution (voir thème précédent) : il n’en existe qu’un seul (Hachette, 2007).
Label Bio écriture - article écrit par un humain

Des exemples concrets de manuels scolaires

Les manuels des éditions Hatier ne comportent aucune frise, une seule carte et des lignées humaines. L’édition Hachette de 2007 intègre tout. Tous les autres ouvrages contiennent des frises selon l’éditeur ou l’année d’édition : des lignées (sauf Magnard) et/ou des cartes du monde (Belin, 2010 et 2013 ; Hatier, 2014 ; Hachette, 2007). Les frises présentent des périodes, des hommes préhistoriques, des événements et des objets. Ils sont parfois mélangés (frise Belin, 2010)).

Frise chronologique Belin 2010
Frise chronologique, Belin, 2010, p.1

Le choix des faits préhistoriques[1] varie selon les auteurs, selon des critères qui ne sont pas clairs (frises Belin 2010, p.25 et Hachette 2013, p.21). Quelle différence existe-t-il entre les « premières sépultures » et les « premières tombes » (Belin, 2010) ? Qu’est-ce qu’un biface « bien taillé » (Hachette, 2013) ? Et quel intérêt didactique cela a-t-il ?

Frise-chronologique,-Belin,-2010,-p.25
Frise chronologique, Belin, 2010, p.25
Frise chronologique, Hachette, 2013, p.21
Frise chronologique, Hachette, 2013, p.21

Certaines frises se suivent sur deux pages distinctes comme chez Belin pour l’évolution humaine. Il est quasiment certain que de nombreux élèves ne font pas le rapprochement. D’autres ont une forme d’accordéon pour comprimer le temps (Hachette 2013). Nous ne sommes pas non plus sûrs que cet artifice soit compréhensible.

Les limites des frises chronologiques

De nombreux problèmes

  • Le mélange des catégories d’informations : humains, dates, périodes, événements, objets…
  • Le mélange des échelles : une frise de même taille correspond à des durées différentes.
  • La compression du temps : l’artifice de l’accordéon.
  • Le travail d’association entre plusieurs frises requiert des pré-requis.
  • La succession linéaire des faits préhistoriques : l’uniformité du temps empêche de l’envisager dans sa diversité.
  • Les critères de choix des dates et des faits préhistoriques : discutables d’un point de vue scientifique mais aussi d’un point de vue didactique.
  • L’orientation de gauche à droite : vision occidentale.
  • La direction du temps : une flèche.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment optimiser la pédagogie Montessori avec l'Archéologie Ludique ?

De nombreuses limites

  • Une lecture à la fois diachronique et synchronique.
  • De figurer des faits préhistoriques contemporains (la simultanéité).
  • De figurer les cycles et surtout les régressions.
  • De comprendre ce qu’est une échelle.

La division de la Préhistoire en deux périodes, le Paléolithique et le Néolithique, figure sur les frises mais elles ne permettent pas de penser la diversité. Le manuel propose plusieurs chapitres dont les « premiers Hommes », Tautavel » et Homo sapiens (Cro-Magnon).  Chaque chapitre renvoie a des réalités très distinctes de la Préhistoire qui ne sont pas reflétées dans la frise mais compactées dans un seul et unique Paléolithique : les divisions chronologiques de la Préhistoire (Paléolithique archaïque, ancien, moyen et récent) sont ignorées. Le Paléolithique est aussi divisible en temporalités, c’est-à-dire en sous-périodes basées sur le concept de cultures[2] qui n’existent pas dans les manuels. Il existe donc une contradiction entre un temps figuré et synthétique et un temps discursif et expliqué.

On observera que d’un point de vue épistémologique [3], le temps préhistorique s’est construit sur la base du temps géologique (datation relative) d’une part et puis des techniques issues de sciences exactes (datations absolues) d’autre part. Aucune de ces notions ne figure dans les manuels. Il est possible de dessiner une chronologie préhistorique verticalement, orientée du bas vers le haut, en référence au travail de l’archéologue et à la stratigraphie, puis ponctuée de dates absolues pertinentes du point de vue scolaire. La culture scolaire devrait s’inspirer d’une épistémologie de la Préhistoire.

Analyse des frises selon le modèle QVP

Le modèle KVP créé par Pierre Clément (Université Lyon 1) permet d’analyser les conceptions et leurs possibles interactions autour de trois pôles : les connaissances scientifiques (K comme knowledge), les valeurs (V) et les pratiques sociales (P).

Je propose ici l’analyse de la conception du temps selon ce modèle.

Modèle-KVP-manuel-temps- Pierre Clément
Modèle KVP appliqué au « temps »

Les connaissances

  • Absence de références épistémologiques.
  • Représentation occidentale du temps.
  • Absence de connaissances ou de justification sur la pertinence des faits préhistoriques proposés.

Les représentations

  • Conception linéaire : pas de cycle, pas de simultanéité, pas de régression.
  • Conception orientée : une direction qui correspond au chemin emprunté par le progrès, évolutif, technique, artistique
  • Conception compactée : une longue durée sans temps long et des temps brefs anecdotiques (Fernand Braudel).
  • Conception synthétique : des contenus de natures diverses concentrés sur une ligne temporelle. Cela rend la lecture complexe, voire impossible.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Docteur Jones Ton IA ChatGPT Archéologue

Les valeurs

  • Le progrès dirigé : le temps a une direction (vers la droite et vers le futur).
  • Le progrès continu : le déroulement du temps est synonyme de continuité.

Les pratiques sociales

Les auteurs/éditeurs des manuels ont une pratique sociale du temps et de la chronologie qui est celle de leur métier d’enseignants/historiens et non pas de préhistoriens. Ils transposent dans les ouvrages leur conception, sans saisir les limites du public auquel ils s’adressent, en terme de compétences et de capacités, et sans prendre en compte la spécificité et la complexité du temps préhistorique qu’on ne peut traiter comme un temps historique.

La Préhistoire est un temps mobile et l’Histoire un temps immobilisé. La prise de la Bastille a bien eu lieu le 14 juillet 1789 car cela est précisément attesté par des documents (et encore, les documents peuvent mentir). Ce n’est pas le cas de la bipédie ou de l’invention de l’outil ou de l’art qui dépendent des trouvailles et qui sont donc situées de façon provisoire. L’invention de l’outil est plus ou moins située dans le temps et elle l’est temporairement puisqu’elle dépend des avancées de la recherche comme l’actualité récente en témoigne.

Le temps archéologique est un temps de durée, c’est-à-dire un temps accumulatif où, dans l’espace, se conserve les différentes temporalités du passé. Par conséquent, ce n’est pas un temps linéaire. Les vestiges ne sont pas les témoins du passé mais ceux d’une mémoire du passé : les traces (Laurent Olivier, 2008).

Conclusion

Selon d’Augier et Tutiaux-Guillon (2004) :

  • 72 % des enseignants d’histoire à l’école élémentaire disent suivre la continuité chronologique,
  • 39 % construire une frise chronologique,
  • 29 % affirment que la chronologie des événements humains est, avec l’étude des progrès de l’humanité (21 %), un caractère important de l’étude de l’histoire.

Le manuel scolaire sur la Préhistoire n’est pas différent. Il laisse une place importante à la chronologie et il favorise une vision linéaire associée à l’idée de progrès. Le temps de la préhistoire possède un aspect multidimensionnel qui s’inscrit à la fois dans la très longue durée, le temps long et le temps court.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le métier d'archéologue.  C'est quoi la différence avec un spéléologue ou un anthropologue ?

Il faut mettre en avant la spécificité du temps pré-historique. Une conception linéaire, orientée, compactée, synthétique et finaliste du temps ne permet pas aux élèves de construire le temps préhistorique.


[1] J’entends par « fait préhistorique » les périodes, les hommes, les événements et les objets présents dans les frises.

[2] Pour ne citer que les principales du Paléolithique récent : Chatelperronien, Aurignacien, Gravétien, solutréen, Magdalénien.

[3] L’épistémologie permet de retracer la façon dont une une science se forme. Quelle est l’histoire de cette science et de quelle façon elle s’est construite. Elle explique comment les connaissances qui constituent cette sciences se sont formées.

Pour approfondir le sujet :

Manuels scolaires

Belin :

  • (2010) Histoire géographie, histoire des arts, CE2, dir. Geneviève Chapier-Legal, Youenn Goasdoué, Hélène Lestonnat,  Geneviève Dermenjian, coll. « Odyssée », Belin (ISBN  978-2-7011-5427-5) .
  • (2013) La préhistoire et l’Antiquité, cycle 3, dir. Geneviève Chapier-Legal, Youenn Goasdoué, Hélène Lestonnat, Geneviève Dermenjian, coll. « Tout en Doc », Belin (ISBN 978-2-7011-6554-7).

Hachette :

  • (1996) Histoire, cycle 3, niveau 2 CM, dir. Jean-Louis Nembrini, coll. « À monde ouvert », Hachette (ISBN  2-01-115947-4).
  •  (2004) Histoire géographie CE2, cycle 3, dir. Marys Clary et Geneviève Dermenjian, coll. « Les Ateliers Hachette » Hachette (ISBN 978-2-01-116381-3).
  • (2007) La préhistoire, cycle ,. dir. Jean-Michel Lambin, coll. « Les Dossiers Hachette », Hachette (ISBN  978-2-01-117370-06).
  • (2010) Histoire des arts, cycle 3, dir. Christophe Saïsse, coll. « Les Dossiers Hachette », Hachette (ISBN  978-2-01-1175497-6).
  • (2013) Histoire géographie, histoire des arts, CE2, cycle 3 (conforme programme 2008), dir. Marys Clary et Geneviève Dermenjian, coll. « Les Ateliers Hachette », Hachette (978-2-01-117667-7).

Hatier :

  • (2002) Histoire géographie CE2, cycle 3, dir. Sophie Le Callennec, coll. « Magellan », Hatier (ISBN  2-218-73750-7).
  • (2009) Histoire géographie CE2, dir. Sophie Le Callennec, coll. « Magellan », Hatier (ISBN 2-218-93527-5).
  • (2011) Histoire, cycle 3 (conforme programme 2002), dir. Sophie Le Callennec, coll. « Magellan », Hatier (ISBN  978-2-218-92073-8).
  • (2014) La préhistoire, histoire & histoire des arts, manuels scolaire CE2-CM1-CM2, dir. Sophie Le Callennec, coll. « Les petits Magellan », Hatier (ISBN  978-2-218-97325-3).

Magnard :

  • (2004) Histoire, cycle 3, dir. Françoise Changeux, Magnard.
  • (2010) Histoire, cycle 3 (conforme programme 2008), dir. Françoise Changeux-Claus, Magnard.

Si tu as aimé l’article, n’oublie pas de laisser un commentaire

et de le partager sur tes réseaux sociaux !

Pour me suivre partout !

Si tu veux me suivre partout voici un lien unique vers tous mes médias sociaux : https://linktr.ee/archeoludique 


Si tu as aimé l'article tu es libre de le partager 🙂

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES RÉCENTS

THÈMES

TAGS

DERNIERS COMMENTAIRES